Programmes de Licence en Théologie et d’Etudes Religieuses

Objectifs de la formation

Force est de constater que la source de la culture moderne et de l’identité de la nation malgache provienne de l’esprit du protestantisme hybridisé avec la philosophie et la vision du monde des dirigeants précoloniaux, dont ni les missionnaires, ni la puissance coloniale n’a pu éradiquer[1]. A cet effet, l’objectif global des formations délivrées à l’Ecole est de former des pasteurs et des laïcs pouvant converger d’une manière hybride la tradition Réformée de 16ème siècle et la culture Malagasy pour faire face à l’autodestruction de cette culture et de la société ainsi que l’ambigüité de l’esprit du protestantisme à Madagascar.

Organisation de la formation

La structure de formation tourne autour de la connaissance de la Bible provenant de la maîtrise des langues bibliques (Hébreu et Grec) et de la théologie systématique réformée. Ces deux disciplines vont déterminer les thèmes abordés sur l’histoire de l’Eglise. La théologie pratique et la missiologie ne sont que des disciplines de mise en œuvre de la susdite convergence alors que la science des religions aidera les étudiants à entreprendre le dialogue inter-religieux et la théologie comparée.

Quant à la discipline transversale, elle joue une sorte d’outil de lecture des livres écrits en langues étrangères, aussi bien qu’outil d’interprétation. En plus, elle aide les étudiants à poursuivre leurs études à l’étranger en leur préparant au DALF – DELF et IELTS –TOEFL

Les formations seront découpées en semestres. Chaque semestre validé vaut 30 crédits. Ces derniers constituent une unité de compte qui permet de valider les enseignements suivis, ainsi que les acquis de connaissance et d’expérience. A chaque grade et chaque année correspond un volume précis de crédits.

Ces crédits seront :

  • Capitalisables : la validation d’une UE et des crédits associés est acquise définitivement quelle que soit la durée du parcours.
  • Transférables d’un parcours à l’autre, sous réserve d’acceptation par l’équipe pédagogique, et permettent par exemple de valider des périodes d’études effectuées dans d’autres établissements ou à l’étranger.
  • Applicables à l’ensemble du travail (enseignements, stages, mémoires, projets…) et cela, quelle que soit la forme d’enseignement.

Grade d’études
Nombre de semestresCrédits
Licence6180
Master4120
Doctorat6180
TOTAL Licence + Master + Doctorat16480

Le référentiel de la formation

Ce système est constitué d’un premier cycle de trois ans, soit six semestres pour la licence et d’un second cycle de deux ans, soit quatre semestres pour le master. Après le Master, les étudiants peuvent s’embarquer au doctorat.

La formation de première année est consacrée à la théologie biblique qui oriente les étudiants à comprendre la bible comme fondement de la foi ainsi que de la pratique chrétienne. A ce titre, tous les enseignements proposés sont obligatoires. En deuxième année commence à être introduites des unités d’enseignement de théologie fondamentale et systématique.

Un stage passif est obligatoire en première et deuxième année de licence.

A la troisième année, les étudiants reçoivent une délégation pastorale ; ils sont introduits aux actes pastoraux. Ces actes sont une des parties intégrantes de leur formation.

Au niveau L3, les étudiants réaliseront des mini-projets et des travaux encadrés de recherche ou projet tutorié.

Après avoir reçu le diplôme de licence, les étudiants sont affectés à la paroisse. Néanmoins, ils continuent leur formation à travers deux regroupements annuels. La première année de leur entrée en ministère pastoral sera comme un travail sur terrain qui leur aidera à écrire leur Master en Théologie. La deuxième année sera le moment d’écrire la mémoire à travers les données de leurs pratiques pastorales. Ils peuvent aussi choisir l’une des unités d’enseignement figurant dès la première année de sa formation comme sujet de son mémoire. 

Les cinq années d’études comprennent des enseignements plus pragmatiques que théoriques, mais offrent également des orientations qui leur permettant d’approfondir les connaissances pouvant amener au doctorat.

Structure de la formation

Les enseignements fondamentaux semestrialisés se font sous la forme de cours magistraux, de travaux dirigés et de travaux pratiques. Chaque unité d’enseignement est composée d’un ou de plusieurs éléments constitutifs ou matières.

Mode de recrutement

L’admission est prononcée après un concours, un examen des dossiers des candidats et entretien pour les dossiers. En tout état de cause, l’admission s’effectue compte tenu des capacités d’accueil du Séminaire, 25 à 40 étudiants, ayant le diplôme de Baccalauréat littéraire, scientifique ou technique ou diplôme jugé équivalent.

La connaissance de base en TIC est aussi requise pour leur permettre d’accéder à l’Internet et aux documents électroniques. Par ailleurs, il existe des cours spécifiques, en dehors de la formation respective, pour ceux qui ne maîtrisent pas les bases de l’informatique.

Passerelles et débouchés

Passerelles

La cohérence des programmes proposés avec ceux des autres universités nationales ou étrangères similaires sera assurée par des réunions et des contacts réguliers avec les responsables des filières correspondantes et la participation (aux enseignements) d’enseignants appartenant à d’autres établissements d’enseignement supérieur. Toutefois, les étudiants qui désirent passer d’une mention/parcours à l’autre, au sein de l’Université, doivent valider les unités d’enseignement corrélées à cette mention/parcours. Ils doivent aussi remplir les UE qu’ils n’ont pas encore poursuivies dans leur propre mention. Par exemple, un étudiant venant de la Faculté de théologie désirant poursuivre ses études en Master en Sciences de l’Education à l’IFRP doit valider l’UE des disciplines transversales et devra choisir d’autres UE spécifiques en Sciences de l’éducation qu’il n’a pas effectuée à la Faculté de théologie.

Débouchés

Côtés débouchés, les étudiants qui s’inscrivent en licence de théologie visent particulièrement les métiers de pasteur ; mais, comme tous les cas des étudiants en théologie dans d’autres facultés dans le monde, ils peuvent aussi exercer les métiers de Psychologue, Psychologue scolaire, Conseiller d’orientation, Professeur des écoles, Éducateur spécialisé, Assistant(e) social(e) s’ils (elles) étaient forts en accompagnement pastoral et counselling pendant leurs études.

Certaines matières leur permettent aussi de se spécialiser dans un domaine précis des sciences humaines et sociales, ce qui leur permet de préparer les concours appropriés. Ils peuvent par la suite intégrer des secteurs d’activités divers et variés, que ce soit dans le privé, le public ou encore l’associatif.

En outre, après la licence en théologie, il est possible de travailler dans les métiers à vocation sociale, la formation d’adultes, ou le journalisme.

Évaluation et contrôle de connaissances

Les connaissances seront évaluées dans le respect de la charte des modalités de contrôle adoptée par le conseil pédagogique de l’Université Réformée de Madagascar. Les contrôles des connaissances se reposeront sur les conditions générales suivantes :

  • La moyenne générale de chaque semestre sera déterminée par compensation entre UE, chaque UE étant affectée d’un coefficient correspondant à des crédits. Le semestre sera validé et capitalisé en crédits ECTS.
  • Chaque année sera validée dès lors que l’étudiant obtiendrait une moyenne générale supérieure ou égale à 10 sur 20. Il y aura compensation entre le premier et deuxième semestre de chaque année.
  • Dans le cas où l’étudiant aura une moyenne inférieure à 10 sur 20, l’étudiant devra subir une deuxième session d’examens organisée pour les deux semestres. L’étudiant devra alors repasser les UE non validées.

A l’intérieur d’un semestre, l’étudiant conservera le bénéfice des UE validées qui sont capitalisées. L’étudiant qui n’aura pas validé le premier semestre sera néanmoins autorisé à suivre les enseignements du second semestre. L’attribution des mentions s’effectue en fonction de la moyenne générale :

  • De 10 à 11,99 : mention Passable
  • De 12 à 13,99 : mention Assez bien
  • De 14 à 15,99 : mention Bien
  • Au-delà de 16 : mention Très bien.

Les diplôme respectifs suivants sont attribués aux étudiants ayant validés 180 crédits ECTS correspondant aux six semestres d’enseignement et qui ont validé le stage obligatoire de la troisième année pour la licence et 120 crédits ECTS et ayant terminé leur soutenance de mémoire pour le master :

  • La Licence professionnelle : Arts, Lettres et Sciences Humaines, Mention Théologie
  • Le Master professionnel : Arts, Lettres et Sciences Humaines, Mention Théologie

Dispositions relatives à chaque matière figurant dans une UE : Chaque matière figurant dans une UE donne lieu à une évaluation dont les modalités pratiques sont définies par l’enseignant en charge du cours. Les modalités sont rappelées aux étudiants au plus tard lors de la première séance d’enseignement.

[1]F Raison-Jourde, Bible et pouvoir à Madagascar au XIXe siècle: invention d’une identité chrétienne et construction de l’Etat, 1780-1880, Collection « Hommes et sociétés », Paris, Karthala, 1991.Phares Mukasa Mutibwa, The Malagasy and the Europeans: Madagascar’s Foreign Relations, 1861-1895, London, Humanities Press, 1969.Alfred Randriamampionona, « Difference as ferment for the Hybrid Church: Analysis of Conflict within the Hybrid nature of the Church and Society », Manchester, 2012.Bouar A Gow, Madagascar and the Protestant Impact. The work of the British Missions, 1818-1895, London, Longman & Dalhousie University Press, 1979.

Sciences de Religions

Nouveau Testament

Ancien Testament

Sciences humaines et sociales

Théologie Chrétienne

Théologie Historiques

Théologie Pratique

Missiologie